Sculpture du pont Alexandre III (Paris) - Pégase tenu par la renomée de la guerre

Charte des valeurs

La France a plus de 1.500 ans d’âge, depuis ses prémisses au baptême de Clovis, petit-fils du roi Franc Mérovée.

Elle a toujours tenu une place éminente au sein de notre vaste civilisation européenne.

Une civilisation elle-même enfantée et portée par les peuples d’Europe à travers plus de 3.000 ans d’histoire, bercée des épiques traditions et récits homériques, celtiques, nordiques, germaniques, slaves, nourrie du christianisme, pétrie de l’esprit de raison humaniste, enrichie par la science, magnifiée par les arts.

Être patriote, c’est tout d’abord prendre conscience de ce fabuleux héritage, l’aimer et le chérir, sentir comme il coule en chacune de nos veines, résonne au plus profond de nous, irrigue notre esprit autant que notre cœur, nos sens autant que notre raison, notre corps autant que notre âme, amplifie chacun de nos élans, fertilise chacune de nos pensées, soutient chacun de nos actes – nous offre, enfin, l’expérience et la sagesse plurimillénaire patiemment développées par tant et tant de générations de nos ancêtres.

Rome ne s’est pas faite en un jour, la France et la civilisation européenne non plus !

Être patriote, c’est avoir conscience de l’indispensable appui de ce passé pour vivre épanouis dans le présent, et plus encore pour nous projeter dans l’avenir !

Être patriote, c’est aussi et bien sûr chérir la terre et les terroirs qui ont abrité nos ancêtres, qu’ils surent mettre en valeurs, qu’ils firent prospérer, et qui leur permirent de prospérer eux-mêmes ; c’est désirer entretenir cette terre et ces terroirs, les faire fructifier dans le présent, et les léguer sains et florissants à nos descendants.

Être patriote, c’est raisonner sur le temps long, et c’est, à travers la succession des générations, être attaché :

  • à notre France pluriséculaire, et au peuple qui l’a enfantée et qui la porte ;
  • à notre civilisation européenne plurimillénaire, et aux peuples qui l’ont enfantée et qui la portent ;
  • à nos enracinements régionaux et locaux ;
  • à notre identité culturelle et spirituelle chrétienne, qui a tant façonné notre pays, et notre civilisation, depuis près de deux millénaires ;
  • à notre identité culturelle et spirituelle issue des gloires de la Rome impériale, et de la lumineuse culture grecque antique ;
  • à notre identité culturelle et spirituelle issue des grands héritages celtiques, nordiques, germaniques, slaves, qui n’ont jamais cessé de vivre en nos traditions patriotiques françaises et européennes, qui nous imprègnent et nous fertilisent à différents degrés, en de multiples manifestations créatrices ;
  • au fondement anthropologique familial de notre civilisation :
    • monogamie ;
    • égale dignité et complémentarité de l’homme et de la femme ;
    • galanterie ;
    • amour courtois ;
    • valorisation de la transmission de la vie, base de celle-ci depuis toujours ;
    • valorisation de la stabilité familiale et de l’engagement parental ;
    • valorisation de la transmission familiale des valeurs ;
  • à la valorisation de la recherche de l’excellence ;
  • à la valorisation du courage, tant moral que physique ;
  • à la récompense du travail, de l’effort, du mérite ;
  • à la recherche de l’esthétique, à l’amour de la beauté ;
  • à tous les arts, créateurs d’harmonies ;
  • à l’épanouissement du talent créatif ;
  • à nos grandes libertés de l’esprit : liberté de pensée, liberté d’opinion, et liberté absolue de leur expression ;
  • à la liberté d’entreprendre ;
  • à la recherche du juste équilibre entre l’intérêt individuel et l’intérêt collectif ;
  • à la tempérance, la sagesse, la prévoyance et la juste mesure ;
  • à la générosité et à la juste solidarité avec les nôtres ;
  • à la justice sociale, et à l'égalité des droits civiques entre membres de notre patrie ;
  • à la rationalité rigoureuse, honnête, et humble, à rebours de tout dogmatisme ;
  • à la méthode scientifique, invention des inventions de notre civilisation, si intensément prolifique au fil des siècles ;
  • à la recherche de notre progrès intellectuel, artistique, social et matériel, dans le respect de notre identité profonde ;
  • à l’extraordinaire richesse de nos terroirs ;
  • à nos irremplaçables traditions locales ;
  • à notre fabuleux patrimoine architectural ;
  • à nos terres, à notre agriculture, à nos élevages, à nos campagnes, ainsi qu’à nos forêts riches et diversifiées ;
  • à nos grands équilibres écologiques, à notre biodiversité, partie intégrante de notre patrimoine ;
  • à la pérennité de nos ressources, et au sain équilibre de leur exploitation ;
  • en un mot à notre patrie, la France.

Être patriote, c’est souhaiter défendre tout cela, notre terre, notre peuple, toutes nos valeurs fondamentales.

Être patriote, c’est encore avoir conscience du fort lien de parenté et de culture qui, plus que de quiconque d’autre dans le vaste monde globalisé, nous rapproche de chacun des peuples Européens, bercés par la même civilisation, confrontés aux mêmes défis majeurs. Des peuples européens frères – loin de l’actuelle machine bruxelloise sans âme, qui n’a rien d’une union « européenne », mais tout d’une oligarchie mondialiste et occidentalo-soumise, attentatoire à notre indépendance et destructrice de nos peuples et identités réels. Oui des peuples européens frères, qui, avec nous Français, peuvent demain retrouver leur force au sein d’une véritable Europe des patries sœurs enracinées.

Être patriote, c’est également se soucier de notre bon et juste rapport aux autres grandes aires de peuplement et de civilisation du monde, sur la base du respect mutuel :

  • des spécificités ethniques et culturelles de chacun sur leurs terres historiques, gage de la perpétuation de la richesse du monde, tant humaine, que spirituelle, philosophique, intellectuelle, culturelle, artistique et matérielle ;
  • des choix de vie et des modes d’organisation de chacun sur leurs terres historiques, seuls gages de paix régionale et mondiale, de dialogue, et d’échanges mutuels fructueux.

Être patriote, c’est au final désirer entretenir et faire fructifier dans le présent nos terres historiques et leurs terroirs, nos peuples qui immémorialement les habitent, notre immense héritage culturel et nos puissantes et plurimillénaires valeurs de civilisation.

Et c’est, par-dessus tout, vouloir perpétuer dans l’avenir cet immense héritage, qui porte et structure tout notre être de Français et d’Européen, au service de plus de générations encore de nos descendants qu’il y en eu déjà de nos ancêtres !

Tant qu’il y aura des Français et des Européens conscients de les incarner, et déterminés à les perpétuer, notre patrie et notre civilisation vivront !